1. La place de l'Homme au sein des Primates

1.1. L'Homme est un Primate

Les Primates sont des Mammifères qui partagent les caractères dérivés propres suivants : un pouce opposable aux autres doigts et des ongles plats à la place de griffes. Le groupe des Primates est apparu entre -65 et -55 millions d'années. Les différents fossiles retrouvés suggèrent une très grande diversité passée dans ce groupe mais il ne subsiste que relativement peu de représentants actuellement (environ 190 espèces de Primates vivants) et nombreux sont en voie d'extinction.

place primate arbre du vivant

Place des Primates dans l'arbre phylogénétique des vertébrés

1.2. L'Homme est un Hominoïde

Parmi les Primates, il existe différentes lignées : les cercopithécidés (parmi lesquels peuvent être classés les Babouins et les Macaques) et les Hominoïdes qui regroupent les Chimpanzés, les Gorilles, les Orang-outans, les Bonobos, les Gibbons et les Hommes.

Les Hominoïdes partagent tous les caractères dérivés suivants : une absence de queue (remplacée par le coccyx), une absence de truffe et des narines rapprochées, une bipédie constante ou temporaire et des comportements sociaux complexes (apprentissage, empathie, etc.).

Au sein des Hominoïdes, plusieurs sous-groupes se distinguent parmi lesquels le groupe des Homininés dont les Chimpanzés (avec les Bonobos) et les Hommes sont les représentants actuels.

arbre phylogenetique primate

Arbre phylogénétique des Primates

L'Homme est donc un Primate Hominoïde Hominoïdé Hominidé Homininé.

2. Proximité entre le Chimpanzé et l'Homme

Le Primate partageant le plus récent ancêtre commun avec l'Homme est le Chimpanzé (+ Bonobo). Les deux lignées auraient divergé il y a environ 7 millions d'années.

2.1. Proximité macromoléculaire

En comparant les séquences d'acides aminés dans plusieurs protéines types, les résultats ont montré que les protéines humaines sont à plus de 99 % identiques à leurs équivalentes simiennes. On retrouve de même plus de 96 % de similitudes lorsqu'on observe les séquences nucléiques.

Les caryotypes de l'Homme et du Chimpanzé sont aussi très proches. L'Homme compte 46 chromosomes et le Chimpanzé 48. On note 13 paires de chromosomes identiques entre les deux espèces. Chez l'Homme, le chromosome numéro 2 est en fait la fusion de deux chromosomes du Chimpanzé (ce qui explique la différence de nombre). Les autres variations sont le résultat de remaniements simples sur les chromosomes telles que des additions, des inversions et des translocations.

caryotype homme chimpanze

Caryotypes comparés de l'Homme et du Chimpanzé

2.2. Mise en place du phénotype humain ou simien

Alors qu'au niveau moléculaire, les deux espèces sont très semblables, il existe de nombreuses différences aussi bien anatomiques que comportementales qui ne peuvent s'expliquer par des différences génétiques. Si l'on observe par exemple la morphologie des crânes, on voit que le crâne du fœtus de Chimpanzé est proche de celui du fœtus humain et de l'Homme adulte.

morphologie crane homme chimpanze

Morphologie crânienne de l'Homme et du Chimpanzé

On a vu que ce n'est pas le bagage génétique qui diffère entre les deux lignées, il s'agit dans ce cas de la variation de l'expression de gènes qui peut expliquer ces phénotypes différents.

developpement homme chimpanze

Développement comparé de l'Homme et du Chimpanzé

3. Le genre Homo

3.1. Critère d'appartenance au genre humain

L'Homme actuel (Homo sapiens) est le seul représentant du genre Homo encore vivant. Mais le genre Homo a connu une grande diversité dans le passé comme le montre les nombreux fossiles retrouvés (Homo erectus, Homo habilis, Homo neandertalensis, Homo rudolfensis, etc.). 

Le genre Homo se caractérise par les caractères dérivés propres suivants :

►une face réduite et un angle facial presque droit

►une mandibule parabolique

►un dimorphisme sexuel peu marqué sur le squelette

►un volume crânien important (1400 cm3)

►une bipédie permanente grâce à un trou occipital centré sous le crâne, quatre courbures de la colonne vertébrales, des pieds à orteils courts et pouce non-opposable, des bras  plus courts et des fémurs convergents vers les genoux

homme chimpanze  

Comparaison du squelette humain et du Chimpanzé

3.2. Des stades préhumains : le genre Australopithecus

Des fossiles datant de -4,5 à -1 millions d'années et n'ayant qu'une partie des critères d'appartenance au genre Homo ont été découverts en Afrique. Les traces de pas retrouvés sur le site Laetoli en Tanzanie attestent de leur bipédie. On les classe dans les Homininés et ils appartiennent au genre Australopithèque. Au moins 7 espèces de ce genre ont été retrouvés jusqu'à présent parmi  lesquelles Australopithecus afrensis (la célèbre Lucy).

Lucy australopitheque

À gauche, les plus vieilles traces découvertes de bipèdes (les marcheurs de Laetoli). À droite, le squelette de Lucy

3.3. Diversité du genre Homo

Les fossiles les plus anciens appartenant au genre Homo datent de - 2,5 millions d'années et ont tous été retrouvés en Afrique. Seul l'Homo sapiens subsiste actuellement mais de nombreuses autres espèces Homo ont existé et même coexisté. La lignée humaine ne présente pas un modèle de diversification linéaire mais plutôt un aspect buissonnant.

crane australopitheque sapiens

Comparaison d'un crâne d'Australopithèque et d'un Homo sapiens

L'Homo rudolfensis et l'Homo habilis sont les deux plus anciens représentants. L'Homo sapiens (Homme actuel) et l'Homo neanderthalensis ont coexisté pendant 120 000 ans (entre -150 000 et - 30 000) avant que ce dernier ne disparaisse. L'Homo sapiens serait lui apparu en Afrique aussi il y a environ 200 000 ans.

detail phylogenetique hominine

Détail de l'arbre phylogénétique des Homininés

Aller au haut