La montagne d'or,  projet de mine d'or en Guyane

 

La montagne d'or est un projet de mine d'or en Guyane qui fait de plus en plus l'actualité puisque 2019 est l'année, d'après le calendrier du projet de la compagnie minière, est celle qui verra la première étape d'aménagement du terrain afin d’accueillir l'usine de traitement du minerais. 

 

►Le site en question :

Elle se situera à plusieurs dizaines de kilomètre au sud de la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, au cœur de la forêt guyanaise.

La construction de l'usine et l'exploitation de la mine d'or entraînera forcément la déforestation de la zone dont une partie est composée de forêts primaires. Les deux-tiers des forêts primaires de la planète sont concentrées dans trois zones : L'Amazonie, le Bassin du Congo et en Indonésie.

La Guyane française en est tout de même très pourvue, c'est même le seul endroit de France (et d'Europe) où elle est encore présente. Une forêt est qualifiée de primaire lorsqu'elle est demeuré intacte et préservée de toute intervention et influence humaine. Il n'en subsiste que très peu dans le monde et les projections montrent que leur superficie diminuera de plus en plus à l'avenir.

►Importance de la préservation des forêts primaires :

-La biodiversité, animale et végétale, y est très importante. Elles renferment souvent des espèces rares et des espèces vulnérables, c'est à dire susceptible de disparaître dans un futur relativement proche.

-Les plantes et parfois certaines espèces animales peuvent s'avérer d'une utilité primordiale dans la recherche médicale. De nombreuses molécules, unique

-Les arbres qui composent ces forêts sont en général très vieux et très gros. Ce sont ainsi d'importantes réserves de carbone. Détruire ses forêts entraîne la libération de nombreux gaz à effet de serre, accélérant ainsi le changement climatique à court terme.

►Une réserve biologique :

Cette mine aurifère et son exploitation seront localisées dans une partie de la réserve biologique de Lucifer Dékou Dékou. Une réserve biologique est une aire géographique, généralement dans une forêt, protégée légalement afin de préserver les espèces végétales et animales s'y trouvant. Une réserve biologique est dite intégrale lorsque toute exploitation de la forêt y est formellement proscrite. La réserve biologique intégrale de Lucifer Dékou Dékou représente 64 373 hectares. 

►Impacts environnementaux : 

Toute mine aurifère va nécessairement avec l'utilisation de cyanure pour extraire l'or de la roche. Il n'existe pour l'instant aucune autre alternative à cela. L'utilisation du cyanure se fera en circuit fermé, c'est à dire sans rejet vers le milieu extérieur. Les déchets produits par ce procédé (la cyanuration) sont très toxiques pour l'homme et pour l'environnement. Ils sont en général stockés sous forme de boue dans de grands bassins maintenus par des digues (les sels de cyanure se dégradent au conctact de l'oxygène de l'air pour former, in fine, des carbonates). Il y a eu des accidents (barrages de Bento Rodrigues au Brésil en 2015) impliquant des ruptures de barrages et de digue libérant ainsi les boues cyanurées ont été libérées. En plus de la pollution au cyanure, la présence de métaux lourd (Zinc, plomb, cuivre), d'arsenic (un métalloïde) et de certains composés organométalliques (comme le méthylmercure) peuvent être observés.

L'installation et l'aménagement de la mine impacte directement le mileu naturel par la déforestation. A cela, les impacts indirects et plus progressifs, tels que le bruit, la pollution atmosphérique, la lumière, etc. perturberont forcément le milieu à proximité du projet de mine.

L'exploitation de la mine est prévue pour durer 12 ans (jusqu'en 2032).Ensuite auront lieu les opérations de fermeture et de réhabilitation de la zone avec en particulier une revégétalisation de toutes les zones perturbées par l'exploitation minière. Ce qu'il faut bien avoir à l'esprit, c'est qu'une révégétalisation et une réintroduction d'espèces animales ne permettront jamais de compenser l'impact de la déforestation. C'est évidemment mieux que rien on ne pourra pas contrebalancer la perte de matière organique que ce soit les forêts primaires elles-mêmes, composées d'arbres vieux et gros, réserves importantes de carbone ou la disparition d'espèces spécifiques à la zone.

►Prises de position :

Pour terminer, voila les deux points de vues, opposées évidemment, sur ce projet : celui de la compagnie en charge de l'exploitation sur leur site internet et celui d'une association de défense de la nature, la WWF.

 
Aller au haut